La Petite Escalère. Photo Carolina Penafiel.

///ANNULÉES///
Portes Ouvertes
30 juin – 1er juillet 2018

Portes ouvertes - Samedi 30 juin - dimanche 1er juillet 2018
ÉVÈNEMENTS ANNULÉS

Le jardin a connu des inondations sans précédent le 15 juin 2018 (près de 2 mètres dans la forêt, 1,4 mètre dans la prairie vendredi) et l’eau ne se retire pas assez rapidement pour que nous puissions envisager d’accueillir du public dans les meilleures conditions.

Merci de votre compréhension.

Les prochaines portes ouvertes du jardin et de la collection de La Petite Escalère auront lieu les 30 juin et 1er juillet 2018, de 14h à 18h. À cette occasion, nous vous proposons plusieurs événements, dans le cadre de la saison 2018 autour du Japon :

Samedi 30 juin | 16h
Rencontre avec Jane Cobbi
Jardin sauvage sur un plateau-zen 

Autour du 1er mai, quand un cueilleur de muguet croise des Japonais dans les bois de Chaville ou de Fontainebleau, ce n’est pas les blanches clochettes qu’ils sont venus chercher, mais les jeunes pousses de fougères qui surgissent à la même période.

Les crosses de fougères grand-aigle, négligées par les Européens, sont consommées au Japon depuis la période ancienne sous le nom de warabi,  après élimination du tanin, comme les pousses de bambou, et de même les feuilles d’armoise, les épis de prêle, les bourgeons d’aralie, et bien d’autres.

Ayant recours à divers procédés pour ne rien perdre des saveurs latentes que recèle leur environnement végétal, les Japonais consomment ainsi une quantité de produits de cueillette, sansai « légumes sauvages », chargés de valeur symbolique forte, et considérés comme des mets indispensables au printemps. Ces marqueurs saisonniers s’imposent véritablement, sur les tables rustiques comme sur les plateaux (appelés zen), où sont présentés les mets sophistiqués des célèbres restaurants spécialisés en cuisine japonaise traditionnelle. Et participent, ainsi, à la sublimation des valeurs symboliques et à la glorification de la nature sauvage.

Jane Cobbi est ethnologue, chercheur émérite au CNRS, fondatrice et directrice du Programme Japon de la Maison des Sciences de l’Homme jusque 2015.

Dimanche 1er juillet | 15h
Rencontre avec Ryoko Sekiguchi et Patrick Honnoré
lumière et ombre, noir sur blanc

L’ampleur de l’univers littéraire de Tanizaki est une surprise toujours renouvelée. Un véritable passionné de tous les genres romanesques, il a exploré sa vie durant l’infini du champs littéraire : roman historique, roman épistolaire, polar, nouvelles, théâtre, carnet de bord, traduction en langue moderne d’un chef d’œuvre médiéval… Les co-traducteurs de Tanizaki, Ryoko Sekiguchi et Patrick Honnoré, présenteront deux livres : Louange de l’ombre, nouvelle traduction du célèbre Éloge de l’ombre, un chef d’œuvre qui aborde l’espace et l’esthétique japonaise sous l’angle du clair-obscur, un grand classique depuis plus de quarante ans en France et dans le monde non seulement parmi les amateurs du Japon mais aussi parmi les architectes, gens de théâtre, cinéastes…  tous ceux qui mènent une réflexion sur ces points essentiels ; et Noir sur blanc (tous deux aux éditions Philippe Picquier), un étonnant polar avec mise en abîme de l’écriture, qui était resté jusqu’ici inédit en français.

Ryoko Sekiguchi est une auteure et traductrice japonaise vivant à Paris. Sous le principe « d’écriture double », elle traverse plusieurs disciplines et territoires ; elle écrit en français et en japonais, traduit dans les deux sens, travaillant dans les espaces de la littérature et de la gastronomie, des projets menés en collaboration. Ses textes français sont notamment publiés en France aux éditions P.O.L., Argol et Le Bleu du ciel.

Patrick Honnoré a traduit depuis 2003 plus d’une centaine d’ouvrages de littérature moderne et contemporaine, littérature jeunesse et manga du japonais vers le français. Lauréat du 17ème Prix Konishi de la Traduction littéraire en 2010 pour La Tour de Tokyo, de Lily Franky (éditions Philippe Picquier). Prix du Meilleur Album du Festival d’Angoulême 2007 pour NonNonBâ, de Mizuki Shigeru (Ed. Cornélius).

En partenariat avec les Rencontres à Lire, Dax.