Rachel Labastie, Venus, 2019. Photo Barbara Fecchio (c) Sculpture Nature.

Rachel Labastie à La Petite Escalère

Dans le cadre de ses rendez-vous annuels pour la création contemporaine, l’association des Amis de La Petite Escalère a invité Rachel Labastie à intervenir dans le jardin. La sculptrice proposera deux œuvres spécifiquement imaginées pour le lieu : une sculpture en marbre Marquina noir, Venus (2019) et une intervention éphémère in situ en terre crue.

Manipulant les paradoxes, jouant sur l’ambiguïté de formes à la fois séduisantes et dérangeantes, Rachel Labastie pose un regard critique sur les modes d’aliénation physique et mentale produits par une société toujours plus encline à contrôler les corps et les esprits. Dans un permanent jeu de forces contraires, elle nous invite à voir au-delà de l’apparence des choses. Son rapport à la matière est à la fois intime et puissant, conceptuel et physique, contemporain et ancré dans les pratiques séculaires de la terre crue et cuite.

Rachel Labastie poursuit depuis 2008 une série d’expositions personnelles « De l’apparence des choses ». Elle participe également à des expositions collectives : en 2018, A Journey to Freedom à TMAG (Tasmanie, Australie). En 2015, Ceramix – Ceramic art from Gauguin to Schütte au Bonnefantenmuseum (Maastricht, Pays bas) puis en 2016 à La maison rouge (Paris) ; en 2015, On Fire. Arts et symboles du Feu au musée Kéramis (La Louvière, Belgique) ; en 2013, La révolte et l’ennui, FRAC Auvergne ; en 2011, Céramiques d’artistes depuis Picasso, Espace Doual’art (Douala, Cameroun) et en 2010, Circuit céramique, Musée des Arts Décoratifs de la ville de Paris.